Menu

LA FEDERATION

- PRESENTATION
- Délibérations Fédérales
- CONGRES FEDERAL

DOSSIERS

- ASS. CHÔMAGE
- PRÉSIDENTIELLE 2022
- EGALITE F/H
- NSTS
- TPE/LUTTES
- CAP 22

RÉFORME RETRAITES

- RETRAITES
- BOITE A OUTILS
- ACCORDS ...
- En vidéos ...

CONFINEMENT 2

- Communiqués
- Occupations
- Nos propositions
- Matériel syndical


PUBLICATIONS

- Spectacle
- Guide 2022
- LIVRET D'ACCUEIL
- Femmes-Mixité
- Jeunes entrants
- REPRÉSENTATIVITÉ


Adhérer

Adhésion en ligne - VOTRE SYNDICAT
- SOLIDARITÉ
- Dons
- ARCHIVES
ADHÉRER > - ARCHIVES > LE LIDO DOIT VIVRE. REACTION DE LA CGT SPECTACLE, DU SYNPTAC-CGT ET DU SFA

Mise à jour le 13 mai 2022

 

LE LIDO DOIT VIVRE. REACTION DE LA CGT SPECTACLE, DU SYNPTAC-CGT ET DU SFA

C’est avec stupéfaction que la fédération CGT du spectacle, le Synptac-CGT et le SFA ont pris connaissance du projet du groupe Accor de refondre l’activité du Lido de Paris, à peine 3 mois après l’avoir racheté au groupe Sodexo. C’est non seulement une équipe de 184 salarié·e·s qui se retrouve sur la sellette, mais aussi un monument des cabarets parisiens, à la renommée internationale.
Nous souhaitons exprimer notre solidarité inconditionnelle auprès de ces salarié·e·s, et les assurer du fait que nous serons présent-e-s à leurs côtés durant toute la lutte qui s’ouvre pour le maintien de leurs emplois et de l’activité du Lido.

Nous sommes d’autant plus consternés que le groupe Accor, au moment du rachat en février 2022, s’était engagé à maintenir l’activité du Lido telle que nous la connaissons depuis maintenant 75 années. En lieu et place de cet engagement, à l’issue d’une réunion extraordinaire du CSE qui s’est déroulée le 12 mai, les élu·e·s et délégué·e·s syndicaux du Lido se sont vu présenter le mal-nommé « Plan de Sauvegarde de l’Emploi ». La direction souhaite ainsi « dégraisser » 85% des effectifs du cabaret.

Alors que le groupe Sodexo a touché 700 000€ d’aides publiques au titre du Covid pour le Lido, alors que le groupe Accor, nouveau propriétaire, a bénéficié en 2021 d’un prêt garanti par l’Etat de 477 millions d’euros (via AccorInvest), nous nous interrogeons fortement sur les arguments économiques avancés par la direction pour justifier de sacrifier 75 ans d’histoire du cabaret, et les salarié·e·s qui le font vivre tous les jours.
Les nouveaux propriétaires avancent un déficit structurel du Lido depuis une décennie, aggravé par la crise sanitaire. Si les deux dernières années ont été particulièrement éprouvantes pour le secteur du spectacle, nous sommes étonnés que le groupe Accor n’interroge pas la raison de ce déficit : pourquoi le cabaret n’a-t-il pas rouvert à plein régime (à l’instar d’un autre célèbre cabaret parisien) pour permettre au Lido de retrouver son public ? La stratégie commerciale retenue par le groupe Accor (c’est-à-dire faire du Lido une offre parmi d’autres, sans mise en valeur particulière) est-elle pertinente ? Nous affirmons que les salarié·e·s n’ont pas à faire les frais des errements stratégiques de groupes cotés au CAC 40.

Nous appelons donc officiellement Sébastien Bazin, PDG du groupe Accor, de revenir sur son projet de « refonte » du projet artistique du Lido (refonte confiée à Jean-Luc Choplin), de maintenir son activité de cabaret et de conserver l’intégralité des salarié·e·s. Le Lido doit vivre.

Contact presse :
Fédération CGT du spectacle : Ghislain Gauthier 06 37 12 10 62
Synptac-CGT : Nathalie Sérane 06 80 15 21 75 / 01 42 08 79 03
SFA-CGT : contact@sfa-cgt.fr / 01 53 25 09 09


Conférence de presse : nous organisons une conférence de presse devant le Lido (116 avenue des Champs Elysées, M° George V) le mardi 17 mai à 10h.

 

 


Téléchargez ce document Télécharger ce document

 

Imprimer l'article

ECHO N° 3.Continuons à défendre l’accord de 2016 et obtenons sa juste application !


 

Maison commune de la Musique


 

Communiqué : soutien à Loïc